foto1
Energie Bois
foto1
Poêle à bois bouilleur
foto1
Panneaux Photovoltaïques
foto1
Panneaux Photovoltaïques
foto1
Auto-installation
Tel. 09 81 77 43 44
info@solaire-diffusion.eu
Nos rubriques

Qu'est-ce qu'une Batterie Virtuelle ?

Certains fournisseurs d'énergie proposent aux personnes possédant une installation photovoltaïque raccordée au réseau sans revente, donc en autoconsommation, d'optimiser leur autoconsommation  via une 'batterie virtuelle'. La batterie virtuelle 'se recharge' lorsque la production excède la consommation, on la décharge lorsqu'on consomme plus qu'on produit.

 La courbe ci-dessus est un exemple tiré du rapport de la GPPEP (voir notre page sur l'autoconso) qui illustre un fonctionnement en auto-consommation : la courbe bleu représente la consommation, la courbe rouge la production.

Lorsque la courbe bleue est au-dessus de la courbe rouge, on consomme de l'énergie prise sur le réseau, lorsque la courbe rouge est au-dessus de la bleue, on consomme sa production et on injecte l'excédent sur le réseau.

Dans le cas présent, on a peu d'excédent, et on voit que la production est faible : au maximum de 6 à 700 watts. C'est une installation parfaitement dimensionnée pour de l'autoconsommation sans batterie virtuelle : inutile d'investir pour que la production soit donnée au réseau.

Maintenant si l'on met par exemple 3 kWc de panneaux (une dizaine de panneaux de 300 wc par exemple), la courbe rouge sera beaucoup plus haute.

Dans ce cas, prendre un contrat avec batterie virtuelle peut être judicieux :

- on pourra consommer le soir ce que l'on a produit durant la journée, et même selon l'importance de la production :

- on pourra consommer l'hiver ce qu'on a produit l'été.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Grâce au tristement célèbre compteur Linky, votre fournisseur d'énergie dispose des informations précise de l'énergie injectée sur le réseau et consommée en temps réel. Il tient donc les comptes et stocke virtuellement pour vous l'énergie que vous injectez sur le réseau. Virtuellement car dans la pratique, cette énergie alimentera vos voisins.

Qu'est-ce que ça coûte ?

Il existe un panel d'offres, construites sur différents modèles. Certains vous 'vendent' une batterie virtuelle, plus ou moins cher, d'autres louent, etc. Ce vocabulaire camoufle deux choses : les frais de mise en service et les frais de gestion.

Et d'autre part, on ne vous restitue pas l'énergie 'gratuitement' : le stockage à un coût. En réalité, vous payez d'une part l'utilisation du réseau (pour aller chez votre voisin) et d'autre part les taxes sur l'énergie (que vous avez produite). Je n'ai pas besoin de faire de commentaire, vous les ferez pour moi. Au bilan c'est autour de 45% du prix du kwh TTC qui vous restent à payer, c'est donc 55% d'économisé.

J'ai apprécié l'approche et les conditions de la Société Urban Solar, une start-up Lyonnaise. Je n'ai pas fait une étude approfondie de la concurrence, Urban Solar utilise comme les autres une approche marketée qui sent bon la peinture verte, mais leur offre est claire. Voyez à cette page : tarifs conventionnés, +1 euro/mois/kwc.

En pratique : si vous installez ou faites installer, prévenez le vendeur ou l'installateur, il intégrera le coût de la mise en service dans l'offre et selon le cas renseignera pour vous ou vous laissera renseigner les données demandées par Urban Solar pour être autorisé à récupérer vos données auprès des gestionnaires de réseau.

Une fois l'installation photovoltaïque faite, prenez l'abonnement correspondant chez Urban Solar. Vous n'avez pas plus d'engagement et pouvez résilier à tout moment, donc si vous trouvez mieux, rien ne vous empêche de changer. En théorie, on ne fait ça que lorsqu'on sait qu'on est dans les clous ou meilleur que les autres.

Comparons la batterie virtuelle à la batterie réelle :

D'un point de vue écologique, la batterie virtuelle gagne largement : ni plomb, ni lithium, juste de l'information. Je ne fais pas le calcul du coût environnemental du transfert et du traitement de l'information : ce ne sont pas des Mo qui passent, mais des octets, au pire des des kilo octets.

La batterie réelle est onéreuse, mais elle permet facilement de stocker durant la journée ce que vous produisez pour l'utiliser la nuit, sans frais ni taxes. Par contre, elle ne permet pas de stocker l'été pour consommer l'hiver, sauf à investir dans des batteries gigantesques.

Et la solution hybride, batterie virtuelle + batterie réelle ?

C'est la solution pour aller plus loin. A mon avis, elle se réfléchit dans un second temps. Mais certains la choisissent directement.

Avec cette solution, on fonctionne de la manière suivante :

Lorsqu'on produit, on commence par recharger ses batteries physiques, une fois que c'est fait, on injecte sur le réseau, donc dans la batterie virtuelle. Et lorsqu'on ne produit pas, on consomme d'abord, avec modération, l'énergie des batteries, puis au besoin l'énergie du réseau.

Dans la pratique, si l'on dimensionne l'installation photovoltaïque pour produire l'équivalent de sa consommation annuelle, et que l'on dimensionne correctement les batteries, on consommera l'été uniquement ce que l'on produit, exit donc les taxes et frais de réseau. Et on comblera l'hiver le manque de production par le surplus de production de l'été, en payant cette fois taxes et frais de réseau, ce qui dans ce contexte me parait déjà plus légitime.

Pour illustrer ce fonctionnement, voyez sur la courbe ci-dessous une simulation de production au cours de l'année avec la part de l'énergie qu'on peut stocker dans les batteries.

 

Ce tableau est extrait d'une simulation de site 'hors réseau'. On voit qu'on produit largement plus d'energie non stockée que ce qui manque en hiver pour obtenir les 12.5 kwh consommés par jour.

Comparativement à une installation hors réseau, un système 'hybride' avec batteries virtuelles pourra donc être revu à la baisse ainsi que le dimensionnement de la batterie puisque le réseau est là pour compléter au besoin.

En conclusion :

Dans tous les cas, si vous envisagez ce type de solution, vous allez réfléchir à votre consommation. Et je parie que vous la réduirez. Vous trouverez un premier exemple dans la partie retour d'expérience de notre page 'autoconso'.

Un autre exemple plus radical :

un client m'appelle car il ne veut pas de linky, sa consommation quotidienne est de 32 kWh pour une famille de 5 personne et avec une activité professionnelle exercée depuis la maison. Mon commentaire : le prix des batteries va être faramineux.

Première phase : chauffe-eau solaire appoint poêle bouilleur : - 12kWh/jour , restent 20 kWh.

Deuxième phase : arrêter les équipements dont on ne se sert pas : box, Nas, etc, et réduire les chauffages d'appoint électriques des salles de bains en installant des radiateurs sur le poêle bouilleur. On économise encore 8, restent 12 kWh/jour.

Troisième phase : là, je n'ai pas le détail des actions, mais le commentaire lorsque je pose la question est : "en deux mois de réflexions et avec nos échanges, nous avons décider d'aller vers la sobriété énergétique". On est à 6 kWh par jour, y compris l'activité professionnelle.

De nombreuses installations en site isolé sont moins énergivore, mais conçues des l'origine pour l'être, car c'est un choix de vie, les nouveaux entrants (les enfants?) n'auront pas de choix que de s'y plier . Dans le cas présent, on a divisé par 5 la consommation d'origine, avec enfants et ados, je trouve que c'est une sacrée performance.

Alors maintenant, c'est à vous de jouer !