Solaire Diffusion

Les approches pour une installation photovoltaïque raccordée au réseau

Si l’intérêt pour le photovoltaïque est aujourd’hui fort, toutes les solutions ne sont pas forcément bonnes à prendre et certaines doivent être accompagnées.

Avant de vous parler des produits qu’il faudra choisir, dont les fameux micro-onduleurs et les non moins fameux onduleurs hybrides (produits dont le principal mérite est qu’on en parle beaucoup, même si certains présentent quelques avantages) , il faut se demander quel est son objectif :

1 – réduire sa facture en énergie grâce à l’électricité photovoltaïque,

2 – gommer sa consommation quand c’est le plus facile à faire,

3 – compenser sa consommation d’énergie fossile par de l’énergie renouvelable,

4 – moins polluer,

5 – sécuriser son alimentation électrique,

6 – être complètement indépendant du réseau public d’électricité.

 

Voici une présentation des approches et des besoins auxquelles elles répondent.

 

La petite autoconsommation 

Cette approche répond aux points 1, 2 et 4 ci-dessus.

Si on installe un ou deux panneaux -ou un peu plus-, ceux-ci vont produire de l’énergie durant la journée. Généralement, la majorité de cette énergie peut être absorbée par la consommation de fond (dite le talon de consommation de la maison).

La courbe ci-dessous, tirée d’un guide du GPPEP , disponible ici , illustre clairement ce qu’on peut attendre d’une telle installation : quand la courbe bleue est sous la courbe rouge, on produit tout son courant, quand elle est au dessus, on consomme (aussi) du courant qu’on puise sur le réseau.

Courbe production panneaux photovoltaiques

Dans le cas illustré ci-dessus, il est inutile d’installer plus de panneaux : si l’on ne prend pas d’autre mesure, on donnera une partie importante de l’électricité à son fournisseur sans avoir de retour.

Vous pouvez considérer pour ce faire les deux premiers kits photovoltaïques de la page. Ils comportent tous les éléments de sécurité que certains vendeurs oublient de vous proposer. Pour les installations en triphasé, contactez nous.

 

La moyenne auto-consommation

Cette approche répond au point 1, 2 et 4 ci-dessus.

Si l’on dispose par exemple d’un chauffe-eau électrique, il peut être intéressant d’installer plus de panneaux photovoltaïques : en faisant chauffer son chauffe-eau en journée, on consomme l’énergie qu’on produit quand on la produit donc tout va bien.

A noter que pour une famille, on pourra aussi considérer le chauffe-eau solaire : avec 2 panneaux thermique, on produit autant qu’avec 7 panneaux photovoltaïques. C’est dans ce cas ce que je recommande généralement en priorité.

Même sans chauffe-eau électrique, on peut avoir avantage à prendre un nombre de panneaux plus important, par exemple si l’on travaille de la maison (ordinateur, imprimante, box, éclairage du clavier), si l’on a une pompe à chaleur ou une piscine.

Avec une installation photovoltaïque de 3kWc ou moins, si on ne fait pas de revente ou de batterie virtuelle, , on n’a pas besoin de faire passer un Consuel, il suffit de déclarer à son gestionnaire de réseau son installation, ils posent quelques questions au travers d’un formulaire.

Grâce au compteur Linky, il est possible aussi de revendre l’énergie produite et non consommée instantanément. Il faut pour y être autorisé faire contrôler l’intervention par le Consuel.

Pour ces solutions, nous proposons des kits autoconsommation avec micro-onduleurs , et dès qu’ils sont plus économiques, des kits avec onduleurs chaîne ou string.

 

L’autoconsommation avec stockage virtuel

Cette approche répond au point 1, 2 ,3 et 4 ci-dessus.

Pour ne plus être impacté par les hausses du coût de l’énergie, tout en évitant les batteries de stockage, onéreuses et polluantes, on peut utiliser le réseau pour ‘stocker’ l’énergie qu’on produit.

Cette solution porte le nom de ‘batterie virtuelle’ : il s’agit en fait d’une prestation de service. Lorsque vous produisez plus, votre fournisseur d’énergie garde cette énergie en compte. Lorsque vous consommez, il vous la restitue moyennant des frais qui vont aux autres intervenants.

En France, aujourd’hui (05-2023), il vous faut disposer d’un compteur Linky qui comptera d’une part le courant que vous consommez et d’autre part le courant que vous produisez. Ce comptage permet aux fournisseurs qui proposent une prestation de stockage virtuel de vous garder en compte l’énergie que vous injectez sur le réseau et de vous la restituer lorsque vous en avez besoin. Cette prestation est réalisée par le biais d’un abonnement chez Urban Solar.

L’utilisation du réseau et les taxes continuent par contre d’être facturées.

Dans certains pays, le compteur tourne simplement à l’envers et cela convient à tout le monde. Si vous disposez d’un très ancien compteur (rotatif), la roue tourne dans le sens du courant, vous pourriez donc obtenir le même résultat, mais c’est interdit chez nous : vous ne payez pas les frais et vous n’avez pas de Linky.

Pour optimiser sa batterie virtuelle, il faut installer des panneaux qui produiront dans l’année sensiblement la quantité d’énergie que vous consommerez. Vous produirez ainsi le jour pour consommer la nuit et l’été pour l’hiver. Payer une prestation de service pour ça paraît tout à fait justifié.

 

L’autoconsommation avec batterie physique

Cette approche répond au point 1, 2, 3, 4 et 5 ci-dessus.

Cette solution permet d’optimiser son autoconsommation en stockant localement une partie de l’énergie que l’on pourra utiliser la nuit ou en cas de coupure de courant.

Avec cette approche, on remplit donc deux fonctions :

– la production d’énergie électrique photovoltaïque,

– la sécurisation de son installation.

 

On peut logiquement attendre des économies de la fonction de production.

La sécurisation, elle, même si l’on va jusqu’à l’autonomie complète – je dirais même surtout si l’on tend vers l’autonomie complète – a un coût.

Il existe néanmoins des cas particuliers : pour une famille économe en électricité, dans une construction neuve, il arrive que les frais de raccordement au réseau soient importants, et que les contraintes imposées par la réglementation en termes de nombre de points de puisage par pièce ou autres ne convienne pas. Nous avons eu quelques cas ou l’investissement était rentabilisé en 5 à 7 ans, la moitié environ par les frais de raccordement, l’autre par les coûts d’abonnement et de consommation. Ceci étant, ce n’est pas le cas général.

Pour le moment, les solutions de stockage d’électricité sont coûteuses  : il en coûte environ 600 euros pour stocker 1 kWh, pour une durée de vie de batterie annoncée à 15 années, uniquement pour la batterie (hors onduleur, hors livraison, hors frais d’installation).

A mon avis, de telles solutions se justifient si le réseau n’est pas fiable et que cela représente une gêne significative. C’est le cas si le réseau est fragile et que de nombreuses microcoupures causent l’arrêt par exemple d’installations du type chaudière. Pour être économiques, on sécurisera ce qui doit l’être en fonction des risques de coupure de courant. Par exemple, on peut sécuriser l’alimentation d’une chaudière à bois et du réseau de chauffage, voire de l’éclairage. En cas de coupure plus longue on assurera aussi l’alimentation du congélateur, etc.

L’auto-consommation est souvent proposée avec les fameux onduleurs hybrides, machines qui font tout ou presque et sont souvent très bon marché. Ces équipements sont effectivement polyvalents : on y branche les panneaux, la ou les batteries, le réseau domestique et le cas échéant le réseau public. Les prix attractifs rencontrés sur le marché reflètent en fait le niveau de qualité des équipements : régulation de charge MPPT basique, auto-consommation de l’équipement élevée.Les onduleurs de base n’injectent pas sur le réseau. On ne tire donc pas le meilleur parti des panneaux : lorsque les batteries sont pleines, les panneaux arrêtent de produire. Pour faire simple : on n’en a que pour son argent.

Il existe des onduleurs beaucoup plus performants et aussi nettement plus cher, qui n’incluent pas forcément la gestion des panneaux, mais permettent d’injecter sur le réseau et surtout ont une consommation propre plus faible et disposent d’un mode ‘éco’ performant. Je vous parle par exemple des onduleurs Steca Studer, nous essayons actuellement deux autres produit, avec des installations pilote en marche, vous devriez les retrouver dans nos offres d’ici la fin de l’année 2023.

Ce type d’équipement présente les avantages suivants :

– ils alimentent dans l’ordre de priorité suivant les consommateurs, les batteries, le réseau.

– aucun arrêt des panneaux : on les exploite au maximum de leur capacité.

– ils ont une faible consommation.

– ils conviennent aussi parfaitement pour les installations hors réseau.

 

Les installations hors réseau (site isolé)

Généralement, cette situation répond aux points 6, avec 1 et 4 en corollaire, 1 car souvent le coût du raccordement est trop élevé.

A noter qu’aujourd’hui, un certain nombre de gens électro-sensible considèrent cette solution pour échapper au Linky et aux ondes qu’il émet. Je n’ai aucun élément au moment où j’écris pour étayer ou non le bien fondé de ce choix.

On peut fonctionner sans être raccordé au réseau avec exactement les mêmes équipements qu’en auto-consommation sécurisée. La principale différence réside dans le dimensionnement de l’installation : quand on est raccordé au réseau, si les batteries sont vides, on utilise l’énergie du réseau pour les recharger et la consommer.

Quand on est déconnecté du réseau, il faut définir, en fonction de l’ensoleillement annuel et saisonnier, la taille de la batterie, le nombre de panneaux et l’électronique qui les exploite , pour ne pas manquer d’énergie. Soit on est capable de lever le pied en cas de pénurie, soit on devra mettre un groupe électrogène en soutien, probablement on fera les deux.

Ce type d’installation a un coût. Il est à noter que nous rencontrons régulièrement des cas de constructions neuves où le coût de ces équipements n’est pas très supérieur aux frais de raccordement au réseau public. Lorsque les gens ont choisi la sobriété énergétique, le temps de retour sur investissement de ce choix d’énergie peut être de l’ordre de 5 ans.

Cela vaut donc la peine de faire le calcul.

Pour définir de telles installations, vous trouverez des informations sur la page dimensionnement de notre rubrique ‘Hors Réseau’

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires