foto1
Energie Bois
foto1
Poêle à bois bouilleur
foto1
Panneaux Photovoltaïques
foto1
Panneaux Photovoltaïques
foto1
Auto-installation
Tel. 09 81 77 43 44
info@solaire-diffusion.eu
Nos rubriques

Dimensionnement du ballon :

Il faut déterminer les besoins journaliers en eau. Cela permet de calculer le volume minimum du ballon d'eau chaude. En 2010, on considérait qu'une personne consommait environ 50 litres d'eau chaude (à 55°) par jour. En fait, on peut estimer que les chiffres varient de 30 à 80 litres selon les utilisateurs. 30 litres pour une personne économe, 50 litres en moyenne, au delà on en parle de moins en moins, à une époque assez lointaine, on aurait dit les 'gaspi' à 70l. Si vous regarder la base retenue par le simulateur de l' INES, il propose un volume de 35 l par jour et par personne.

Comment évaluer si l'on est gros ou petit consommateur ? Je pose généralement 3 questions : y a-t-il une baignoire utilisée fréquemment (volume de ballon mini 400l sauf cas particulier), les douches durent-elles 5 minutes ou 15 minutes (pour une douche à 40° avec un ballon à 60°, on consomme 4 litres par minute environ), la vaisselle est-elle faite à l'eau courante ?

Il faut prévoir un volume de ballon d'environ 2 jours de consommation d'eau chaude si l'on remplace un ballon existant : on laisse la journée au soleil pour préparer l'eau chaude du lendemain, et s'il n'a pas fait beau, la partie supérieure est chauffée par l'appoint ce qui nécessite aussi un peu de temps, surtout en appoint électrique. D'où la solution généralement retenue de 2 journées de consommation. Il existe des variantes : ballons permettant de positionner la résistance à différentes hauteurs, cas de l'appoint hydraulique par une chaudière puissante qui permet de fournir de l'eau chaude 'en allant'.

Si vous conservez le ballon existant, prendre un ballon de 200 litres en préchauffage (la sortie d'eau chaude solaire alimente votre ballon existant, montage en économiseur) couvrira la majorité des besoins d'une famille de 4 à 5 personnes à moindre frais.

D'où l'on déduit le volume du ballon en fonction du nombre d'occupants.

On pourra se référer au site de l'ADEME, mais pas moyen de vous mettre un lien directement sur la page traitant de ce sujet, l'ADEME vous renvoie à sa page d'accueil (en parcourant leur site , vous serez informés de pas mal de choses sur l'énergie et l'environnement, mais il faut de la patience), alors vous pouvez télécharger la copie directement sur notre site : la version 2011 du guide pratique de l'ADEME (le soleil n'a pas beaucoup changé depuis), ou la version actualisée en 2019, qui comporte aussi des informations sur le chauffage.

Sur ces documents, deux commentaires :

- le label RGE n'est malheureusement pas un gage de qualité : s'il apporte la plupart du temps de très bonnes garanties à ceux qui ne veulent pas installer eux-même et si nous avons d'excellents clients RGE, j'ai eu l'occasion d'expliquer récemment à une entreprise RGE qui avait vendu et installé un chauffage solaire que ses panneaux posés sur un toit méridional à faible pente que son système fonctionnait bien pour chauffer l'été mais ne donnerait rien l'hiver. Dommage. Le fils avait passé le Qulisol, le père vendait su solaire. Dans des structures un peu plus grandes, il est facile d'avoir le RGE -une personne formée suffit- et de faire vendre et poser par des personnes qui n'y connaissent pas grand chose.

- le prix du RGE : pour un artisan, passer le RGE représente du temps passé à ne pas produire. Donc cela coûte. Néanmoins, les aides et crédit d'impôt, si elles facilitent l'acquisition par le particulier facilitent aussi l'augmentation de tarif de certains installateurs bien au-delà du surcoût représenté par l'obtention du label, de l'assurance décennale et de l'amortissement des équipements spécifiques requis.

Donc soyez vigilant, ou alors envisagez de faire l'installation vous même... Ce sont des gens qui ne trouvaient pas de solutions à des tarifs qui leur convenaient qui ont amené à la création de Solaire Diffusion.

Enfin sur les conseils de la version 2019 du guide au sujet de l'entretien, évitez d'en tenir compte. Pour un bon entretien, lisez les notices de tous les équipements que l'installateur DOIT vous remettre (ballon, panneaux, structure, régulation a minima). Pour un aperçu rapide, voyez notre rubrique entretien.

Dimensionnement des panneaux :

La surface des panneaux est fonction principalement de la dimension du ballon : de 2m² pour un ballon de 200 litres dans le sud-est de la France à 7m² pour un 500 litres dans le Nord.

Il faut 1 à 2 m² de panneaux pour 100l dans les chauffe-eau individuels.

D'autres éléments entrent en jeu pour le choix de la surface et/ou du type de panneaux : par exemple l'orientation et l'inclinaison des panneaux.

Les kits présentés sur notre site reflètent ces ratios, ce sont des exemples 'passe-partout' que l'on peut optimiser r en fonction de l'implantation et de l'usage :

Positionner les panneaux au sol ou en toiture :

En première approche, quand on est proche du 45° parallèle, un angle de 45° pour être en moyenne face au soleil quand on est orienté plein sud est une bonne position. On peut incliner un peu plus car le soleil chauffe plus efficacement en été qu'en hiver (la couche d'atmosphère traversée par les rayons est plus faible, il y a donc moins de pertes).

Et plusieurs éléments viennent modifier cette valeur :

  • Tout d'abord, le besoin en eau chaude, qui est souvent supérieur en hiver qu'en été, prenez par exemple le réglage de température de la douche,
  • Le besoin d'énergie pour chauffer l'eau : généralement, et c'est variable selon les régions, l'eau est plus froide en hiver qu'en été, on a donc plus de besoin en hiver qu'en été.

Un angle supérieur à 45° est donc bienvenu quand on recherche une plus grande autonomie : 50, 55 voire 60°. Sauf si des éléments extérieurs viennent modifier le besoin en fonction de la période, par exemple: beaucoup de visiteurs en été...

A contrario, plus on est désaxé par rapport au Sud, moins il est intéressant d'incliner beaucoup ses panneaux. Par exemple un panneau orienté plein Est à la verticale ne recevra le soleil que jusqu'à midi. Depuis tôt le matin en été mais très peu en hiver car le soleil se lève plus tard, et lorsqu'il s'élève dans le ciel il est plutôt rasant par rapport au panneau. Le site de l'Ines propose un simulateur qui permet de simuler les effets de différents paramètres. Vous pouvez choisir la ville, l'orientation et l'inclinaison et regarder comment bouge la dernière ligne : taux de couverture, ainsi que la production comparée au besoins

Voici pour les aspects purement techniques, il en est d'autres : il peut être préférable pour des raisons esthétiques de monter les panneaux à plat sur le toit : par exemple sur une pente à 30% (17°), on perd un peu de rendement, surtout en hiver, mais on gagne en 'intégration architecturale'.

Le choix d'un panneau peint peut alors être très judicieux : moins 'performant', il évitera les surchauffes en été sans que la perte de rendement soit critique en hiver : à 30% de pente, même avec des bons panneaux, on ne montera pas beaucoup en température l'hiver : on préchauffera l'eau à 35°, environ.

A l'opposé, des panneaux à 60° le long d'un mur peuvent être très efficace en hiver, car bien orientés par rapport au soleil. Dans ce cas, la température montera plus haut, et il est intéressant de prendre des panneaux plus performants, dont le rendement sera supérieur quand l'écart de température est élevé ( 0° dehors, 70° dedans pour chauffer votre ballon à 60°).

Attention, plus on incline fortement les panneaux, plus l'orientation par rapport au sud est importante : l'orientation d'un panneau à l'horizontale sur un toit plat n'a aucune importance. A l'inverse, un panneau vertical orienté plein est ne reçoit le soleil que le matin, il est bien orienté pour le soleil rasant pas très chaud et vraiment pas très bien pour le soleil efficace de midi...

Si l'on considère une solution en toiture, l'orientation idéale des panneaux solaires est plein Sud puis Sud Ouest, puis Sud Est, puis Ouest, puis Est.

Si vous positionnez vos panneaux sur un toit à faible pente, préférez des panneaux 'peints', dont la température de stagnation est moins haute (environ 140°) que les panneaux à revêtement sélectif (Tinox :  environ 200°). Avec des panneaux peints, vous pouvez donc augmenter un peu la surface de panneau sans risque de surchauffe d'été. Ceci étant, la surchauffe est aujourd'hui parfaitement gérable par les régulations, on le voit très nettement sur les courbes de températures dans nos exemples de fonctionnement

Si la pose en toiture n'est pas optimale, la pose au sol est aussi possible, cela prend un peu de place et il faut protéger les panneaux des tondeuses, voitures, vélos... et surtout les enfants des panneaux (pièces métalliques avec angles au sol, hautes températures). Par contre, cela permet d'orienter les panneaux idéalement, alors que sur une toiture, on n'a pas vraiment le choix. C'est donc une solution de plus en plus souvent retenue quand c'est possible. Il n'y a pas de contrainte importante quant à la distance : dans mon installation, les panneaux sont à 50 mètres du ballon. Cela coûte un peu plus cher en liaison solaire, qu'il faut généralement enterrer en la protégeant dans une gaine.

En résumé, les possibilités d'implantation peuvent jouer sur le choix du matériel.

D'autres critères sont quelquefois importants dans le choix définitif, comme la place disponible pour l'implantation des panneaux. C'est pour cette raison que nous avons intégré plusieurs gammes de produits : les dimensions des panneaux sont différentes (hauteurs, largeur, portrait ou paysage) et peuvent offrir des solutions variées.

Ensuite, il faut se poser la question du chauffe-eau existant : est-il récent, souhaite-t-on le conserver comme appoint ? Un ballon électrique existant peut être alimenté avec de l'eau chauffée dans un ballon solaire :

  • Si la période est ensoleillée, l'appoint reste au repos,
  • Si le temps est couvert ou que l'on consomme beaucoup, l'énergie d'appoint garantit le confort en permanence. On peut alors prendre un ballon solaire de plutôt petites dimensions : 200 litres et 2 panneaux pour 4-5 personnes dans le sud de la France procurent une excellente autonomie.

Enfin, il est utile de tenir compte de l'énergie que l'on souhaite utiliser comme appoint : chaudière instantanée ou avec ballon, électrique, ballon tri-énergie. Dans le cas tri-énergies, solaire/chaudière/électrique, l'électricité est disponible en appoint (mais sert rarement) pendant 4 à 8 mois, selon les régions, lorsque la chaudière est au repos. Avec une chaudière, l'apport d'énergie est important, la puissance de l'échangeur bien supérieure à celle d'une résistance électrique. Quand la chaudière fonctionne, pas besoin de disposer d'un gros ballon. C'est uniquement quand elle est à l'arrêt qu'il faut se soucier du 'volume de confort', c'est à dire du volume qui sera chauffé par la résistance électrique en cas de mauvais temps : ce volume, en général la moitié du volume du ballon, devra être suffisant pour une journée de consommation. Donc avec un ballon 200l, 100l de confort ( à 60° par exemple, si vous l'utilisez à 40°, cela vous fait quand même 200 litres d'eau chaude) : il faut quand même éviter de prendre trop de bains !

La prise en compte de ces éléments se trouve en fait résumée dans le guide pratique de l'ADEME.

Vous voulez plus de détails, voici les premiers éléments de la formation qui était préconisée par l'ADEME en 2000 (votre serviteur formait alors les professionnels, à une époque que les moins de 20 ans n'ont certes pas connue), revisitée pour supprimer les 'déclarations d'intentions', références aux aides de l'époque périmées et à leur administration, agrémentés de nos commentaires en vert (pas tout à fait à jour) .

L'acronyme CESI utilisé dans ces documents signifie : chauffe-eau solaire individuel, par opposition aux installations collectives.

Chapitre 1 : généralités - Chapitre 2 : Les composants, la théorie - Chapitre 3 : Evaluer les besoins - Chapitre 4 : Faire un devis (c'est une formation pro) - Chapitre 5 : Les aides financières ( "") - Chapitre 6 : Installation quelques schémas - Chapitre 7 : assister le client, Une terminologie bien française :-) - Chapitre 8 : Entretien et SAV - Chapitre 9 : Diagnostique des principales pannes - Chapitre 10 : Suivi et Contrôle En lisant les points à contrôler, vous trouverez d'excellentes questions à se poser pour l'installation - Chapitre 11 : Gestion environnementale des chantiers , j'ai trouvé ça bien qu'ils s'en occupent - Chapitre 12 : Et la pratique :  TP, Schéma ... et TP corrigé, Schéma corrigé.

Et si vous voulez une approche personnalisée, avec simulateurs, outils de calculs, c'est ici.

Voir nos produits.